Success Story | NetGuardians, l’éditeur pionnier contre la fraude bancaire
13.02.2018 | Camille Andres

Spin-off de la HEIG-VD, NetGuardians se spécialise dès l’origine dans la détection de fraudes pour le secteur bancaire. La jeune fintech a su profiter de la croissance d’un secteur confronté à des attaques de plus en plus sophistiquées. Entretiens avec Mine Fornerod, Global Marketing Manager et Raffael Maio, COO.

C’est à la HEIG-VD que Raffael Maio et Joël Winteregg se rencontrent et développent le projet de ce qui deviendra l’une des premières fintechs de Suisse: un logiciel de détection de fraude interne et externe. Dès 2007, les deux étudiants obtiennent un prix de l’école pour leur projet. En 2009, un premier prêt de la Fondation pour l’Innovation Technologique (FIT) leur permet de poser les bases de leur société NetGuardians, qui est alors officiellement fondée. En 2010, l’orientation vers le secteur bancaire et fintech est résolument prise en raison, notamment due à la forte demande de ce secteur. La grande force de NetGuardians est de mêler plusieurs technologies. «Nos systèmes sont basés sur du pattern based intelligence, du dynamic profiling et du machine learning. Cette combinaison nous rend plus précis et efficaces», explique Raffael Maio, COO et cofondateur de NetGuardians. Les premières solutions sont commercialisées, en 2010, auprès d’acteurs bancaires suisses. En 2011, une première levée de fonds permet de développer l’équipe et de répondre aux opportunités au Moyen-Orient et en Afrique. En 2014, l’entreprise double de taille après une levée de fonds de 5 millions de francs. En 2017, NetGuardians récolte à nouveau 8,5 millions de francs. «Ces vingt derniers mois, la croissance a explosé, c’est pourquoi nous avons levé des fonds», explique Raffael Maio. L’entreprise est accompagnée dans ses développements par des consultants et un solide board d’experts du domaine. Nous nous entourons de gens qui sont déjà passés par les étapes que nous franchissons», assure Raffael Maio.

Des partenariats-clés pour le développement de l’entreprise sont également noués depuis 2015. Le premier avec Temenos, développeur leader dans les solutions de core banking, le second avec Swisscom, qui est aussi un investisseur et qui propose désormais la solution de NetGuardians à ses propres clients, inaugurant ainsi un nouveau modèle d’affaires pour l’entreprise: le software as a service. «Ce modèle, lancé en six mois, a très rapidement trouvé des clients. Il permet de créer un centre de prévention de fraude à la demande. Nous avons eu beaucoup d’autres requêtes. L’idée est de le répliquer en Allemagne, en Autriche et en Suisse alémanique», détaille Raffael Maio.

 Raffael Maio, COO et Joel Winteregg, CEO | co-fondateurs de NetGuardians

En quoi votre technologie est-elle innovante?

Mine Fornerod: Le marché propose beaucoup d’outils mais ils n’ont pas été conçus, comme les nôtres, pour les banques et selon leurs besoins. Certaines solutions proposent de monitorer les transactions uniquement. Nous analysons la totalité de ce qui se passe dans une banque, y compris les actions et comportements humains, les canaux utilisés, les données bancaires…cette analyse holistique est l’une de nos spécificités et notre force. Autre atout : notre outil détecte la fraude en temps réel et propose une intervention directe, ce qui est demandé par le secteur bancaire et reste rare. Nous connaissons les types de fraudes bancaires et avons développé des contrôles spécifiques, adaptés aux méthodes des fraudeurs qui évoluent vite. Nous disposons aujourd’hui de près de 300 types de contrôles, et d’autres sont en permanence en création. En 2017, nous avons lancé un projet de recherche avec la HEIG-VD sur l’intelligence artificielle et le machine learning, afin de continuer la recherche dans ce domaine.

Pourquoi avoir choisi le canton de Vaud ?

Il y a l’aspect historique, puisque l’entreprise a été fondée ici. Mais nous voulons rester à Y-PARC, car ce lieu nous apporte un réseau d’entreprises innovantes qui développent des solutions complémentaires. Etre à proximité de cet écosystème nous permet d’échanger sur les problématiques, les idées, nouer des partenariats, croître ensemble, améliorer nos solutions. Nous faisons partie de cette communauté et les événements ici nous permettent d’augmenter notre visibilité.

L'équipe Netguardians

Qu'est-ce que le label Scale Up Vaud vous apporte?

Scale Up Vaud nous aide en termes de réseau et nous permet d’être invités sur des évènements importants. Comme nous restons une jeune entreprise, le label et le réseau nous permettent de trouver d’autres prospects, clients, partenaires. Innovaud est très actif notamment sur les réseaux sociaux. Or, nous créons beaucoup de contenus et leur aide nous offre une visibilité sur les thèmes dans lesquels nous aimerions nous positionner. Enfin le label ‘Scale-up’ montre à lui seul à quel stade nous sommes et notre évolution.

Quels sont les projets d'avenir de votre entreprise?

Notre objectif, ces dernières années, a toujours été de doubler le revenu et le nombre d’employés. Nous visons à être un peu plus de 100 en 2018. Nous souhaitons rester dans la finance et la fintech, continuer notre croissance en Europe et aussi en Suisse, notamment en Suisse alémanique. Enfin, nous aimerions poursuivre notre croissance en Afrique, Moyen Orient et Asie-Pacifique.

En chiffres

Date de fondation: 2007

Nombre d’employés : 80 (40 en Suisse, 40 dans le reste du monde)

Nombre de clients: 50 clients ; uniquement des banques, dont 50% en Suisse, le reste en Asie et Afrique.

Croissance 2016-2017: 67%

4 bureaux dans le monde (Suisse, Kenya, Singapour, Pologne).